Aller directement au contenu

Pourquoi votre programme exige que vous passiez CASPer ?

Les processus d’admission peuvent sembler longs et laborieux, d’autant plus que les programmes les mettent constamment à jour afin de s’assurer qu’ils obtiennent une vision globale de leurs candidats. De nombreux programmes ont commencé à intégrer de nouveaux outils innovateurs, tels que les Mini entrevues multiples (MEM), le Defining Issues Test (DIT) et CASPerMD, pour veiller à ce que les étudiants sélectionnés soient non seulement intelligents, mais possèdent également les caractéristiques qui leur permettront d’effectuer leur future profession avec succès.

Bien que cela coûte plus de temps et d’argent aux candidats et aux programmes, l’intégration d’outils différents dans le processus d’admission aide à obtenir une vision plus globale des candidats. Nous savons que les indicateurs académiques tels que les la moyenne pondérée cumulative (MPC) et le MCAT reflètent les compétences cognitives, qui prédisent efficacement la performance en faculté de médecine, particulièrement lors des premières années lorsque l’emphase est mise sur l’accomplissement de travaux de cours. Toutefois, les compétences personnelles sont tout aussi importantes. En effet, une étude phare du New England Journal of Medicine a démontré que 74 % des actions disciplinaires prises à l’encontre des médecins sont dues à des problèmes de professionnalisme, alors que seulement 1 % des cas sont dus à de mauvais traitements, diagnostiques, ou à des erreurs médicales. Cette étude met en évidence le besoin urgent des programmes de sélectionner leurs candidats non seulement à partir de leur compétences cognitives, mais personnelles également. 

Cependant, il s’avère que grand nombre des outils censés évaluer les caractéristiques non cognitives des candidats ne sont pas vraiment utiles. Les lettres de recommandation sont connues pour leur manque de fiabilité, et ne prédisent en rien la réussite ou l’échec en faculté de médecine. Les lettres de motivation prennent énormément de temps aux candidats, pourtant la recherche a démontré à de nombreuses reprises qu’elles n’aident pas non plus à prédire de futurs résultats. Il est prouvé que les MEM sont fiables et prédisent avec succès les performances futures, mais elles sont extrêmement chères à mettre en oeuvre, la majorité des candidats devront donc en être exclus sans avoir eu la chance de démontrer leurs qualités personnelles. CASPerMD, de l’autre côté, est un outil rentable qui peut être mis à la disposition de tous les candidats, offrant à chacun la chance de démontrer ses compétences interpersonnelles. La recherche prouve que CASPerMD est fiable et prédit la future réussite en faculté de médecine, les résultats de l’examen semblent donc nous donner des informations significatives sur les candidats.

Il importe aux programmes de médecine de sélectionner les candidats avec le plus haut potentiel de réussite, mais ils veulent également s’assurer qu’ils choisissent des groupes d’étudiants diversifiés pour refléter la diversité grandissante de la population de patients. Les inégalités sur le plan de la santé persistent entre les différents groupes raciaux et ethniques, et les individus au statut socio-économique moins élevé ont plus de risque d’avoir des problèmes de santé. Il existe de plus en plus de preuves que la promotion de la diversité des étudiants au sein des facultés de médecine pourrait aider à réduire ces disparités. Les étudiants issus de minorités sous-représentées ont tendance à aider en zones mal desservies, et les patients préfèrent généralement consulter des médecins appartenant à leur propre groupe ethnique. Étudier dans un groupe de pairs diversifié prépare également mieux les étudiants à servir des patients issus de différents horizons.

Bien que l’on veuille voir un bassin d’étudiants en médecine plus diversifié, il reste encore beaucoup de travail à faire. Par exemple aux États-Unis, les Afro-américains représentent 13 % de la population, mais seulement 4 % des médecins. Ceci est en partie attribué aux processus d’admission qui se concentrent majoritairement sur les évaluations cognitives, telles que la MPC et les résultats du MCAT, qui sont connues pour mettre en évidence les disparités conséquentes entre les groupes raciaux, ethniques et socio-économiques. Ce problème concerne beaucoup moins les évaluations non cognitives, telles que les MEM et les Tests de jugement situationnel (TJS), puisqu’ils ont tendance à montrer moins de différences entre les sous-groupes. Une étude du New York Medical College a démontré que CASPerMD a un impact beaucoup moins négatif sur les minorités sous-représentées, comparé aux outils de mesure traditionnels comme la MPC et le MCAT, ce qui peut aider à promouvoir la diversité étudiante. De plus, les coûts associés à CASPerMD sont beaucoup moins importants que ceux des autres outils, afin d’assurer que l’examen soit accessible à tous les candidats et ne rajoute pas un poids financier trop lourd aux candidatures déjà dispendieuses.

Les programmes adoptent donc CASPerMD pour deux raisons principales : pour obtenir une évaluation plus fiable et significative des compétences personnelles de leurs candidats, et pour promouvoir la diversité des étudiants qui entrent en faculté de médecine. La voie de la médecine peut être difficile, et il y a déjà beaucoup d’éléments qui sont exigés de votre part pour compléter votre candidature. Mais les programmes adoptent CASPerMD pour les aider à optimiser leur processus d’admission, et pour s’assurer qu’ils obtiennent une vision plus globale de leurs candidats. Nous avons toujours admis que l’intelligence n’est pas la seule qualité d’un bon médecin, et les processus d’admission autour du monde commencent désormais à refléter cette idée.