Aller directement au contenu
human hands

Est-il possible d’apprendre à être plus empathique ?

C’est officiel — l’empathie chez les jeunes personnes a considérablement décliné au cours des dernières décennies. Une étude de l’Université du Michigan, qui a analysé des données sur l’empathie récoltées auprès de près de 14 000 étudiants entre 1979 et 2009 ont remarqué une diminution de 48% en démonstration d’empathie et une diminution de 34% en prise de perspective, qui est la capacité à voir les choses du point de vue d’une autre personne. Bien que les causes exactes de ce déclin soient difficiles à identifier, des recherches antérieures ont identifié la popularité croissante des réseaux sociaux, de plus petites familles, ainsi que la pression grandissante de réussir professionnellement et académiquement comme de potentielles raisons. De plus, une nouvelle recherche indique que l’individualisme, la croyance que chaque personne est unique et devrait être autonome est en hausse à travers le monde. Cela vient probablement de l’augmentation du développement socio-économique, et contribue aussi à ce déclin de l’empathie chez les professionnels.

« L’empathie c’est simplement écouter, offrir de l’espace, retenir son jugement, établir une connexion émotionnelle, et partager ce message qui soulage de manière incroyable que vous n’êtes pas seul(e). » [Traduction] Brené Brown

Dans notre publication précédente, nous avons exploré ce qu’est l’empathie – la capacité de comprendre les pensées et les sentiments d’une autre personne dans une situation donnée depuis son point de vue, plutôt que du vôtre – ainsi que les trois types d’empathie : cognitive, émotionnelle et compatissante.

Mais quelle est l’importance de l’empathie ? Est-ce qu’elle peut vous aider à réussir dans votre carrière et dans vos relations ? Est-ce qu’elle peut s’apprendre ?

La réponse est oui, l’empathie est importante, peut vous aider à réussir à la fois personnellement et professionnellement, et, comme toute compétence, elle peut s’apprendre avec un peu d’entraînement.

Tout d’abord, l’empathie vous aide à établir des connexions sociales avec les autres. Avoir un réseau de soutien social est, par nature, bénéfique. La recherche a démontré que le fait d’avoir des relations sociales est lié à de nombreux aspects de santé et de bien-être, puisque le soutien émotionnel est un facteur de protection important lorsqu’on fait face au stress. Cela permet également de limiter la solitude, réduisant ainsi les risques de problèmes de santé comme les maladies cardiovasculaires, la déficience immunitaire et la dépression. Sans empathie, on a de la difficulté à s’identifier les uns et autres ou à penser aux intérêts des autres individus, et les relations en souffrent.

Sans surprise, la capacité à établir des connexions avec les autres permets aussi d’améliorer sa vie professionnelle. C’est notamment évident dans les professions qui tournent autour de l’aide d’autrui, comme les soins de santé, l’éducation, les ressources humaines et le travail social, où l’on interagit au quotidien avec de nombreux individus issus d’horizons divers. Le fait d’être sensible aux émotions et aux perspectives des autres permet aux personne qui travaillent dans ces domaines d’être plus efficaces dans leur travail. Les médecins et infirmiers(-ères) qui pratiquent l’empathie avec leurs patients sont plus à même de développer une connexion émotionnelle avec eux. Les patients sont plus à l’aise de révéler des informations médicales importantes et de suivre les conseils de leur médecin quand ils sentent que leurs inquiétudes ont été entendues. Il a été prouvé que même de simples interactions non verbales comme établir un contact visuel régulier affecte la perception de l’empathie du patient et ont des résultats sur sa santé. Dans le domaine de l’éducation, un(e) enseignant(e) empathique sera capable de créer un environnement sécuritaire, bienveillant et inclusif dans sa classe, permettant des conditions optimales pour l’apprentissage. Il ou elle peut s’efforcer de comprendre la situation personnelle de ses étudiants et y répondre avec compassion, sans perdre de vue son apprentissage. De plus, les enseignant(e)s empathiques peuvent inculquer cette valeur et compétence à leurs étudiants, les préparant alors pour de futurs succès.

Nous ne somme pas tous nés empathes. La plupart des individus apprennent l’empathie en grandissant, en observant les interactions de ceux autour d’eux. Par chance, peu importe votre âge, il n’est jamais trop tard pour devenir plus empathique. Voici 3 façons de pratiquer activement l’empathie dans votre vie de tous les jours.

1. Mettez-vous en quête de nouvelles perspectives et expériences

Il peut être difficile de se mettre à la place de quelqu’un d’autre quand on ne connaît pas bien la personne. Commencez par apprendre comment d’autres individus vivent. Lisez des articles et des livres sur des personnes d’origines différentes, faites du bénévolat dans un organisme social ou commencez une conversation avec un nouveau collègue ou connaissance ! Soyez curieux à propos des autres au-delà de votre cercle social actuel, ayez des conversations honnêtes et apprenez-en à propos de leur vie, cela vous aidera à développer de l’empathie.

2. Saisissez l’opportunité d’établir des connexions émotionnelles

Pour établir une connexion empathique avec quelqu’un, il faut un échange dans les deux sens – simplement les écouter d’aide pas à bâtir cette connexion. À la place, quand quelqu’un s’ouvre à vous et partage ses sentiments, voyez-le comme une opportunité de vous identifier à eux et de vous montrer vulnérable. Prenez le temps de l’écouter activement pour comprendre sa situation, sans essayer de résoudre son problème immédiatement. Vous n’avez peut-être jamais été exactement dans la même situation, mais vous pouvez essayer d’imaginer ou de vous rappeler d’un moment où vous avez ressenti des émotions similaires. Bien qu’il ne soit pas facile d’avoir des conversations à propos d’émotions ou de situations négatives, mais vous entraîner à le faire lorsque vous en avez l’opportunité augmentera votre intelligence émotionnelle.

3. Soyez conscient(e) de vos préjugés

Nous avons tous des préjugés, généralement centrés autour de la race, du genre, de l’âge ou d’autres aspects physiques. Ces préjugés ont un impact sur notre capacité à être empathique avec les autres puisqu’ils causent de fausses perceptions (p. ex. le genre opposé n’est pas compétent pour diriger), qui peuvent à leur tour influencer nos actions. Ces préjugés nous rendent également moins enthousiastes à l’idée d’essayer d’être empathique avec des personnes aux origines et expériences différentes des nôtres. La plupart de nos préjugés sont inconscients, mais une façon d’en apprendre sur vos propres préjugés est de passer le test des associations implicites. Ce test a été créé par Projet Implicite, un organisme à but non lucratif créé par des chercheurs de Harvard, l’Université de Washington et l’Université de Virginie. Une fois que vous êtes conscient(e) de vos propres préjugés, vous devenez plus conscient(e) de vous-même et des autres, créant ainsi de l’empathie.

Apprendre à diriger avec empathie de se fait pas en un jour, cela nécessite de l’entraînement, une prise de conscience, et un apprentissage à propos des autres et de ses propres préjugés.

Voici davantage de ressources sur l’empathie et comment la pratiquer :

Ceci est la deuxième d’une série de deux parties sur l’empathie. Pour lire la première partie, cliquez ici. Ce blogue se veut purement éducatif, il ne consiste pas en un guide de préparation à l’examen CASPer. 

Photo par Clay Banks sur Unsplash.